solution Intercommunale proposée par GERES

Soumise à des hivers rigoureux et à des conditions matérielles difficiles, la population afghane souffre du froid : en hiver la température intérieure des maisons n’excède pas 10°C. La situation de forte vulnérabilité énergétique est aggravée par la mauvaise qualité des constructions, qui conduit à des consommations annuelles pouvant dépasser 300 kWh/m². Par aileurs, pour chauffer l’eau et les logements, elle  surconsomme des ressources en bois déjà rares et non renouvelées, causant en outre une importante pollution de l’air aux microparticules néfaste pour la santé humaine et le climat.

 

La solution développée par l’ONG GERES dans la province de Bamyan et à Kaboul vise à remédier à ces problèmes en installant des vérandas accolées à la façade sud des maisons. Ces vérandas couvertes de film plastique bénéficient de l’énergie solaire passive, favorisent le réchauffement du logement contigu, servent à pré-chauffer l’eau et font office de pièce supplémentaire. Les logements bénéficient aussi d’un doublement des vitrages ou de l’isolation des toitures.

 

Une soixantaine de petites entreprises artisanales locales, structurées en association, mettent en œuvre ces dispositifs énergétiques. 855 maisons ont ainsi été rénovées dans la province de Bamyan et près de 3000 à Kaboul, générant pour les familles une hausse des températures de 10%, des économies de combustibles de 6% et jusqu’à 30% d’économies d’énergie. Les gaz à effet de serre évités par les 2194 vérandas posées représentent l’équivalent du carbone séquestré par 30000 conifères en milieu urbain pendant 10 ans…

 

©GERES - Oriane Zerah